• ziburubizi

Ithurri Baita: on ne mélange pas les torchons et les serviettes


Nous avions eu vent dès le mois de janvier des tractations engagées entre la mairie et des promoteurs immobiliers au sujet du bien communale « Ithurri Baita ».

Le temps pour nous d’enquêter, nos doute ce sont confirmer en avril au cours de la commission CCID en date du 28 février 2018 en nous indiquant que les études nécessaires pour valider la possibilité d’une vente avaient d’ores et déjà été reçues.

Pour mémoire, ces études ont été nécessaires du fait de la sensibilité du dossier. En effet, ce bien a été acquis par la maire en 1962 grâce à un legs de biens immobiliers dont le produit de la vente devait être destiné à un projet à but social.

Rétention d’information et mensonge: Une gestion à l’image de M. Le Maire et sa 1ére adjointe.

La gestion de ce dossier encore démontré une fois la manière de fonctionner de la majorité.

Au cours du conseil municipal du 22/02/2018 il avait été question d’une recette d’investissement pour 2019 d’un montant de 1.200.000 € pour cessions de terrains (2h10min). Malgré les questions de nos élus répétés à deux reprises (2h38min et 2h49min) pour connaître quels sont ces terrains, la réponse éludée par deux fois par M. Le Maire avant enfin de réponse : « ceci n’est qu’un DOB, le jour du budget si l’on a prévu de vendre un terrain en 2018 on va vous le dire ou pas, cela dépendra de comment s’organise nos investissements pour 2018 » (2h53min).

Le 11/04/2018 au conseil suivant, la question a été réitérée (1h12min). Là encore, Monsieur Le Maire ne répond pas et suite à notre question directe désignant Ithurri Baita sa réponse est cinglante : « Non, vous voulez que je crache par terre » (1h16min).

C’est alors au cours du conseil municipal du 13/06/2018 que M. Le Maire fait volte-face en avouant qu’au vue des investissements en cours pour la salle polyvalente et le regroupement des écoles il est envisagé de céder une partie de la propriété d’Ithurri Baita.

Nous lui rappelons ces dires et qu’il est pour nous choquant de mentir de la sorte.

L’on ne mélange pas les torchons et les serviettes

Enfin, le 15 novembre dernier, il est porté à l’ordre du jour du conseil municipal de voter la délibération pour le déclassement d’Ithurri Baita en vue de sa vente.

Etant par principe retissent à la vente de bien communaux nous en fessons pas une opposition de principe, c’est pourquoi avant le voter le déclassement, nous avons voulu savoir quelle serait la nature de la future affectation. Notre question est simple : Envisagez-vous de vendre à un privé ou à un bailleur social ? (0h37min).

Cette question nous semble légitime étant donné la situation de notre commune : zone tendue en matière de logement, carence en logements sociaux, population en baisse, vieillissement de la population, marge de manœuvre foncière plus que limitée et caractère social du bien en question à l’origine.

Temps qu’à vendre, notre orientation serait qu’il soit vendu à un bailleur social pour donner un logement au cibouriens, toutes en limitent les besoins d’extension, de diminuer les pénalités et faire de la mixité dans un quartier plus que carencé. Ce que la majorité refuse sous prétexte de contraintes.

Tout ce débat traduit une fois de plus l’incohérence de la majorité avec ce qu’ils ont fait depuis le début du mandat sous prétexte de prioriser la construction de logements sociaux. Pour rappel :

- 2015 signature du contrat de mixité social avec l’Etat.

- 2015 création de la ZAD (qui pèse sur les finances : 142 000 € pour 2018 et 242 000 € pour 2019)

- 2017 vote d’une DUP (qui ouvre la porte aux expropriations)

- 2018 PADD : ouverture de 10 ha à l’urbanisation, affectation de biens communaux à du 100 % logements sociaux et regroupement scolaire (vente de l’école de la croix rouge et d’Aristide Briand)

Ithurri Baita revêt de nombre avantage, pas besoin : de ZAD (pas ce coût de portage), d’expropriation, d’extension en zone non urbanisé et de regroupement. Pourtant il se refuse de faire un projet social.

Sous prétexte de contraints urbanistiques, qui ne sont pas plus contraignant ici que ailleurs, la majorité cache c’est vrais raisons pour refuses de vendre Iturri Baita à un bailleur social. Ils ne veulent pas de logements sociaux sur ce quartier, comme avait répondue M. Le Maire à une de nos propositions: « […] je vais vous parler de la construction d’HLM à Bordagin. […] La mixité sociale oui mais pas à n’importe quel prix et n’importe où bien sûr. Il faut respecter la sociologie de notre commune ». Cette à dire que l’on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Un mépris à peine caché à l’encontre des Cibouriens qui n’ont d’autre choix de loger dans un logement social pour pouvoir resté vivre à Ciboure.


Nous vous avons volontairement indiqué des repères horaires dans le texte pour que vous puissiez vérifier par vous-mêmes nos dires sur les vidéos des conseils municipaux disponibles en ligne. Nous vous laissons le soin d’apprécier le ton et le mépris qui s’en dégagent.

Ziburu Bizi 2020 - 41 Pocalette karrika Ziburu - 06.31.53.21.71 - ziburubizi@gmail.com
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Facebook Clean
  • Google+ Clean
  • Flickr Clean